Qui A Inventé Les Dreadlocks ?

Symbole majeur du mouvement rasta, les dreadlocks existent sous différentes formes. Savais-tu que ces tresses avaient plus de 2000 ans ? Et que l’on pouvait les retrouver dans différentes cultures à travers la planète ? Tu dois certainement te demander qui a bien pu inventer ces fameuses dreadlocks ? 

Tu es au parfait endroit ! Grand passionné du monde rastafari depuis la tendre enfance, j’ai eu l’occasion d’effectuer de très nombreuses recherches et de rencontrer des figures éminentes et historiens du mouvement rasta. Aujourd’hui je te propose de découvrir tout ce que j’ai pu trouver sur cette coiffure symbolique du rastafarisme et des reggae men. Découvrons ensemble d’où ces tresses si particulières proviennent.

De la Grèce à l’Égypte ancienne en passant par les Vikings et les tributs d’Océanie, il est difficile de connaître l’origine des tresses dreadlocks. Mentionnés dans les textes bibliques et la religion juive, il s’agit d’une coiffure ancestrale commune à tous les hommes et aujourd’hui symbole rasta.

Au travers de cet article, nous allons t’en apprendre plus sur :

  • Les origines des dreads
  • Leurs significations
  • Leurs symboliques

Prêt à découvrir d’où viennent ces si célèbres dreadlocks ? On y va !

1- Des origines troubles mais anciennes

Soyons clair tout de suite, l’origine précise des locks n’est pas avérée. Il existe en effet plusieurs origines possibles. Mais une chose est sûre, ces tresses sont très anciennes.

Homme noir portant des dreadlocks

a) Les dreadlocks dans l’Antiquité

On a pu observer la présence de dreadlocks dès l’an 3600 avant notre ère. Différentes fresques crétoises mais aussi des représentations vues à Thera (Akrotiri Jeunes Boxers) montrent en effet des hommes arborant des coiffures très similaires à des dreads. La Grèce a aussi montré des sculptures affichant des coiffures très proches des dreads avec les caryatides des temples.

L’Égypte ancienne a aussi affiché de très nombreux exemples de ces coiffures. Les plus hauts dignitaires que l’on peut voir sur les fresques portent en effet des tresses épaisses. Ces éléments peuvent être faits avec leurs cheveux naturels ou sous forme de perruques, accessoires très prisés au Nouvel-Empire. Plusieurs momies portent encore ces tresses. On connaît tous les représentations de la reine Cléopâtre avec ses larges tresses ornées de bijoux. Pour les Égyptiens, plus les tresses étaient imposantes, plus cela signifiait que le personnage était riche et important. Les Égyptiens anciens poussaient même cette habitude jusqu’à tresser leur barbe ! On retrouve des tresses avec les prêtres coptes qui encore aujourd’hui portent cette coiffure.

jeune egyptien portant des dreadlocks et des bijoux ancestraux

On trouve encore de très nombreuses chevelures tressées dès les premiers temps plus près de nous. Les Celtes, par exemple, portaient des coiffures composées de tresses plus ou moins travaillées. Là encore, plus le style était recherché, plus cela signifiait que la personne avait de l’importance. Une coiffure avec des tresses en forme de serpent était très en vogue auprès des nobles Celtes.

Les Vikings et plusieurs tribus germaniques portaient des dreadlocks quasi similaires à celles que l’on peut voir chez les rastas. Une légende viking raconte d’ailleurs que ces tresses étaient confectionnées par des fées et que les défaire en se peignant ou les couper portait malheur.

Femme Viking portant de belles dreadlocks et un corbeau sur l'epaule

Changeons de continent et allons voir les cheveux en Asie. Car là encore, on trouve des traces de dreadlocks dès l’Antiquité.  On en trouve ainsi des mentions dans les textes sacrés hindous : les Vedas. Ces textes anciens datant de 1500 avant JC mentionnent que le dieu Shiva portait des tresses, des « jata ».  On a longtemps vu les chamans porter des dreads.

On peut encore trouver des témoignages dans des écrits bibliques avec, par exemple, Samson dans la Septante. Les soldats du roi Salomon portaient aussi cette coiffure.

Hindou portant des dreadlocks en tenu de ceremonie

b) Des témoignages plus récents

En Afrique, naturellement, les tresses sont restées une coiffure très présente. On peut suivre leurs traces chez les Bantous, les Peuls, les Massaïs, les Wolofs. Ce peuple réservait les tresses aux rois et aux guerriers. Plusieurs ethnies se parent de tresses pour montrer leur appartenance.

On a encore la possibilité de voir des témoignages de ces tresses en Océanie. Les dreadlocks ont été et restent des coiffures très présentes parmi les aborigènes et certains peuples de Nouvelle-Guinée.

aborigène d'Australie avec dreadlocks et des boomerangs dans les main, en tenu traditionnelle pendant une ceremonie

On a aussi pu constater que les tresses ont conquis le continent américain. Entre le 4ème et le 7ème siècle, les prêtres aztèques portaient des dreadlocks.

L’Empire mongol a aussi porté des tresses et au XIIIème siècle, les tresses confectionnées devaient être particulièrement travaillées pour montrer la classe sociale élevée du porteur.

De nos jours, lorsque l’on pense dreadlocks, impossible de ne pas voir un rasta ! Il est vrai que cette coiffure est un des principaux symboles du mouvement. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir les cheveux tressés, comme tu as pu t’en rendre compte !

Portrait d'une sorcière d'une tribu africaine indigène, portant un costume traditionnel et des dreadlocks.

D’autres témoignages sont encore à mentionner. On peut ainsi observer ces locks sur la tête de nationalistes panafricains. Des altermondialistes portent aussi des tresses pour montrer leur désaccord, parce que, en effet, ce type de coiffure a pris au fil du temps différentes significations.

2- La signification des dreadlocks à travers le monde

On peut le voir, les tresses ont toujours été très employées par les personnages importants des différentes cultures à travers les siècles. On ne peut donc pas réellement savoir qui a inventé les dreads ! 

Toutefois, même si la coiffure a des origines troubles, une chose est sûre : ces tresses ont pris une signification particulière avec les rastafaris et plus tard les reggae men.

Photo d'un vieux rastafari portant de longue dreadlocks et des habits vert jaune rouge

Le mouvement rastafari est apparu en Jamaïque dans les années 1930 (tu peux en apprendre plus en consultant notre article sur l’histoire du rastafarisme.

Sans revenir en détail sur les origines et préceptes du mouvement, nous devons néanmoins parler des notions mises en avant par les précurseurs du rastafarisme. Ainsi, un rasta s’associe à l’histoire et à la religion de différentes manières. Il va alors mettre en avant ses origines africaines en liant son destin à celui des Africains exploités durant la période pharaonique. Plusieurs pensent même que les Égyptiens anciens étaient noirs. Le lien entre les notables vues sur les fresques et les rastas a donc été un élément majeur. Les rastas ont aussi mis en avant des textes religieux, tous issus de l’Ancien Testament. Ils s’identifient ainsi aux persécutés que l’on trouve dans l’Exode mais aussi aux descendants du roi Salomon.

Jeune rasta de dos dreadlocks dans le vent, assis à la pointe d'une bateau

Et comme nous l’avons vu, les dreadlocks sont présentes dans les textes religieux. Ces références majeures ont donc conduit le rastaman à donner une signification importante aux tresses.

a) Un symbole de spiritualité

Rattachée à l’histoire et la religion, la dreadlock a représenté pour les premiers rastas une signification importante. Le mot a d’abord correspondu à la crainte de Dieu. On a beaucoup entendu la phrase : dread of God, fear of God.

De plus, dans les textes, on trouve de nombreuses références au fait de ne pas se couper les cheveux (Lévitique 19-27, 21-5, Nombres 6-5). Le rasta ne se rase donc pas la tête pour respecter les indications des textes sacrés.

Porter des dreadlocks, c’est donc faire honneur à Dieu et aux ancêtres d’Afrique.

C’est également arborer une crinière de lion sans égale. En effet, le lion de Judah (article rasta Colibri) est pour les rastas un symbole majeur. Il fait référence à la fois à l’histoire biblique mais aussi au territoire éthiopien si important aux yeux des rastas. C’est un symbole de courage et de force.

Lion de judah symbole rastafari

b) Un symbole historique

Si tu as déjà fait quelques recherches sur les liens entre la terre d’Afrique et les rastas, tu le sais, l’Ethiopie occupe une place centrale. D’accord, mais quel rapport avec les dreadlocks te demandes-tu ?

Et bien, premièrement le lion de Judah, comme nous venons de le voir, est le symbole du peuple africain et donc en fait un lien majeur avec les rastamens.  Ensuite, les guerriers éthiopiens arboraient des tresses pour effrayer leurs ennemis selon les indications de Leonard Howell.

Porter des dreads va donc créer différents liens, qui ont une grande importance aux yeux des « natty dreads » (les rastas). Arborer des locks va démontrer les liens que l’on a avec l’Éthiopie gouvernée par une figure : le Négus Haïlé Sélassié

Les rastas sont les descendants de l’Afrique et des esclaves qui ont été déracinés. La tresse va donc alors avoir une signification extrêmement capitale aux yeux des rastas. C’est un lien fort avec les origines noires, l’Éthiopie, les esclaves. Mais être Noir et avoir des ancêtres esclaves, ce n’est pas tout. C’est aussi montrer que l’on veut combattre les dominateurs et le système de Babylone.

3- Les dreadlocks, un symbolisme inégalé

Le fait d’être Noir, on n’y peut pas grand-chose ! Et même si on est fier de l’être, on n’a rien fait pour ! C’est un fait, on n’a pas choisi d’être Noir ou Blanc. 

Par contre on a choisi de porter des dreadlocks ! Et celles-ci ont donc une importance majeure car elles ont différents symbolismes.

a) Être Noir et le revendiquer avec une coiffure à part

Les dreadlocks ne sont pas de simples nattes. Tu as sans doute déjà vu des « nattes », toutes simples et lisses. Mais la dreadlock n’est pas une tresse lisse. Bien au contraire ! 

Pour que la dreadlock soit un vrai symbole rasta, elle doit avoir été portée longtemps, sans que l’homme ne soit intervenu. La vraie dreadlock demande patience et cette patience est un critère important du rastafarisme. Cela fait partie des préceptes rastas. On prend le temps de laisser ses tresses devenir des images importantes.

Femme noire avec de magnifiques dreadlocks

On peut naturellement tricher avec ses dreadlocks et obtenir des nattes rastas plus rapidement en employant certaines méthodes que tu pourras lire dans cet article-ci.

b) Une coiffure, un message

On ne se coupe pas les cheveux pour montrer que l’on ne veut pas suivre les préceptes Blancs qui eux voudraient qu’un Noir se lisse ses cheveux crépus ou les coupe. La drealock montre que l’on arbore le sceau de la fierté noire.

Les inventeurs du rastafarisme, Garvey et Howell, prônaient cette fierté. Mais ils n’étaient pas les seuls et on peut retrouver cette symbolique avec le mouvement « Mau Mau » majoritairement « dreadlocké ». Ce groupe rebelle a été mené par Jomo Kenyatta qui fut un féroce opposant au colonialisme Blanc. Même si lui ne portait pas ces tresses symboliques, ces représentants eux les arboraient avec fierté en l’honneur de leurs ancêtres Noirs. C’est alors un symbole fort qui voulait faire peur aux Blancs.

Les rastas sont anti-violences mais ont quand même adopté ce symbole de la rébellion noire contre les violences des impérialistes Blancs qui voulaient dominer la Jamaïque.

Si toi aussi tu souhaites montrer ton soutient aux mouvement, jette un oeil à ce tee shirt rasta représentant une femme aux dreadlocks priant pour la Jamaïque.

Même si ces « tresses épaisses », si l’on veut simplifier, existent depuis des siècles, on peut toutefois noter que les modèles XXL que l’on peut réellement nommer dreadlocks ont fait leur réelle apparition en Jamaïque. On a ainsi pu voir de nombreux Noirs en porter mais aussi des Indiens immigrés sur le territoire et eux aussi exploités par les Blancs. Joseph Nathaniel Hibbert, un personnage important du mouvement rasta a pu témoigner qu’il avait vu des Indiens porter des dreadlocks longues de plus de 3 mètres en Jamaïque.

Jeune Homme avec de très longues Dreadlocks est assis dans un Arbre Géant. Homme aux cheveux extrêmement longs.

4- Comment devrais-tu mettre en avant tes dreadlocks ?

Tu peux le voir, les dreadlocks ne semblent pas avoir d’inventeur en particulier mais sont avant tout une coiffure répandue à travers le monde. On en trouve aussi de nombreuses mentions dans les textes bibliques. Ces tresses historiques possèdent néanmoins un symbolisme culturel et spirituel fort. Dans ce domaine, les rastas sont considérés comme les inventeurs. 

Tu sais maintenant que ces tresses étaient déjà présentes aux origines de nombreuses tribus et civilisations dans le monde entier. Tu connais également leurs symboliques et tu es dorénavant capable d’expliquer à ton entourage, d’où viennent les dreadlocks

Comme tu le sais à présent, cette coiffure historique peut-être portée de bien des manières (longues, courtes, ondulées, en queue de cheval, etc…). Mais s’il existe bien un point commun à toutes ces façons de faire, c’est bien leur parfaite combinaison avec le port d’un bonnet rasta. Que tu ornes des dreadlocks ou non d’ailleurs, toi aussi porte les symboliques et historiques messages rastafaris en portant un des bonnets présents dans notre collection !

Découvres-en plus en cliquant sur l’image ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *