Comment Bob Marley Est-Il Devenu Connu ?

S’il est un chanteur qui représente aux yeux du monde entier le reggae et le rastafarisme, c’est sans aucun doute Bob Marley. Figure emblématique de la Jamaïque, le chanteur est à lui seul l’image du courant religieux et lorsque l’on prononce son nom, on sait immédiatement de qui il s’agit. Mais sais-tu exactement qui est Bob Marley ? Comment a-t-il gagné ses lettres de noblesse ? Comment-est-il devenu ce symbole du reggae ? Une telle légende ?

Si tu te poses ces questions, tu es au bon endroit ! Passionné par le mouvement rastafari depuis de très nombreuses années, nous pouvons t’aider à mieux comprendre comment ce petit ouvrier de rien du tout est devenu cette icône internationale.

Bob Marley est connu pour être un symbole du mouvement reggae mais aussi pour son opiniâtreté. Avec son groupe les Wailers, il a su surmonter des débuts très difficiles. Son album Catch a Fire, sorti en 1973, marque les débuts de ce phénomène qui reste depuis lors une icône rasta inégalée du reggae.

Accompagne-nous dans la découverte de la vie du chanteur et des raisons pour lesquelles il est devenu aussi célèbre :

  • Une persévérance hors norme ;
  • Un courage extraordinaire ;
  • Un talent rare ;
  • Une foi solide.

Nous allons te donner toutes les informations dont tu as besoin.

1- Une vie difficile qui a forgé le mythe

Robert Nesta Marley, ou Bob Marley pour les intimes, est né le 6 février 1945 sur les terres jamaïcaines, plus précisément dans la paroisse de Saint Ann, à côté de Nine Miles, à Rhoden Hill, dans le centre Nord de l’île.

Le lieu est assez petit et est niché au cœur des montagnes. Bob voit le jour dans la ferme de ses grands-parents. C’est ici, dans un cadre charmant mais où le travail est dur que Marley a grandi. L’ambiance à la maison n’a pas toujours été très bonne. Son père, Norval Marley, un blanc de plus de 55 ans au moment de sa naissance disait appartenir à la Royal Navy britannique. C’était le contremaître de la plantation des Malcom, les parents de Cedella Marley Booker (née Cedella Malcom), la mère, une jeune Black de 18 ans, connue plus tard comme chanteuse reggae.

Le père est souvent loin de sa femme et son fils. Il oublie également souvent ses devoirs financiers envers sa famille. Lorsque Bob a 10 ans, son père meurt d’une crise cardiaque. La famille va alors déménager et part vivre dans la capitale Kingston.

Carte de la Jamaïque avec Kingstown la capitale, représentée

a) Une jeunesse un peu compliquée

C’est à Trenchtown, un ghetto de la capitale que les Marley prennent place. Le jeune garçon grandit alors avec d’autres gamins qui ont pour nom Neville Livingstown, (connu plus tard sous le nom de Bunny Wailer) ou Peter Tosh. C’est avec eux qu’il découvre la musique et débute dans le domaine. Ils chantent alors des cantiques et reprennent des succès soul. B. Marley a quitté l’école à 14 ans et devient soudeur. 

Son professeur de musique, un chanteur du nom de Joe Higgs les encourage à débuter une carrière dans la chanson et à enregistrer un titre. Nous sommes en 1962, et le premier titre de Bob Marley voit le jour.

Il s’agit d’un titre ska : Judge Not. Un rythme très syncopé et une voix déjà très intéressante ne suffisent néanmoins pas à apporter le succès. Mais le jeune homme est tombé dans la marmite et ne voudra plus jamais en sortir.

Un an plus tard, il forme avec Peter Tosh, Bunny Wailer et Junior Braithwaite, un trio : The Wailers ou Gémisseurs dans le texte. Le groupe travaille principalement des mélodies ska et soul. Ils obtiennent un premier contrat en 1964. Sort en 1965 Simmer Down, un titre qui prend la tête des charts jamaïcains.

Plusieurs autres titres suivent : Rude Boy, I’m Still Waiting, Put It On. Même si les titres marchent, les jeunes ne perçoivent pas d’argent. Ils décident alors de se séparer de leur producteur, un homme assez peu honnête. Très jeunes et peut-être un peu trop naïfs, ils vont d’ailleurs connaître de nombreuses mésaventures avec leurs producteurs successifs qui ont un peu trop tendance à ne pas leur verser d’argent !

b) Un changement de direction

En Jamaïque, le ska commence à s’essouffler pour laisser place au rocksteady au milieu des années 1960. Aux cuivres enfiévrés du ska, ce nouveau courant musical privilégie le chant et met l’accent sur les textes. De nombreux artistes vont ainsi écrire des textes sur l’amour mais aussi sur les préceptes d’un mouvement religieux qui devient de plus en plus important sur l’île : le rastafarisme.  Ces chansons veulent d’abord s’adresser à la jeunesse défavorisée pour leur redonner un peu d’espoir. Marley est séduit par cette façon de penser, la musique et ses rythmes plus doux. Il compose plusieurs titres et entre dans le « cercle rocksteady » jamaïcain. C’est alors qu’il fait la rencontre de Rita Anderson avec qui il va se marier en 1966.

Mariage de Bob et Rita Marley

C’est à cette même époque qu’il part aux États-Unis pour rejoindre sa mère remariée et fraichement installée dans le Delaware. Mais cette expérience ne le séduit guère et quelques mois plus tard, il rentre en Jamaïque. 

C’est alors qu’il commence à s’intéresser au mouvement rastafari. Il retrouve ses associés musicaux et va fonder avec eux un label indépendant : Wail’n Soul’m. Ils sortent alors des titres rocksteady dont Bend Down Low. Il va rencontrer un personnage majeur pour son avenir : Mortimer Planno, un rasta convaincu qui va lui transmettre sa culture.

Bob Marley et Mortimer Planno

Bob trouve alors des réponses à son mal-être. Il est alors, en effet, rejeté par les Blancs mais aussi par les Noirs car c’est un métis. Il ressent le besoin de quitter la ville et retourne dans son village natal en 1967 pour se ressourcer spirituellement.

2- A reggae star is born ou comment l’obstination paie

Même s’il s’est retiré, Bob Marley poursuit sa carrière et sort de nombreux 45 tours sous le nom des Wailers. Ce nom prend de l’importance. En 1968, le chanteur américain Johnny Nash vient en Jamaïque et veut le rencontrer pour lancer le rocksteady aux États-Unis. Il va alors signer un contrat exclusif avec B. Marley et P. Tosh. Bob va leur fournir de très nombreux titres dont le très célèbre Stir it Up. Mais les Wailers ne connaissent pas le succès escompté aux États-Unis.

Bob Marley et Peter Tosh

Un peu dégouté, Bob Marley va alors écrire un titre inspiré du style nyabinghi, des tambours rastas, Selassie Is the Chapel. Mais là encore le titre connaît un succès plus que mitigé. Les temps sont de plus en plus difficiles. Bob Marley se décide alors à partir et retourne aux États-Unis auprès de sa mère. Il travaille alors comme ouvrier dans une usine automobile et laisse un peu de côté la musique sans jamais l’abandonner. Cette vie dure va lui inspirer différents titres dont It’s Alright. Puis il revient en Jamaïque et va fonder sa propre maison de disques : Tuff Gong, nom donné en hommage à Leonard Howell, un des fondateurs du rastafarisme comme tu le sais déjà si tu as lu notre article sur l’histoire du mouvement rasta. Il adopte le style reggae et va faire la reprise du succès de James Brown, Say it loud, I’m black and I’m proud, qu’il rebaptise Black Progress. Mais le succès n’est toujours pas au rendez-vous même si le titre plaît.

a) Une visite en Angleterre

Bob Marley va alors décider d’aller voir un ancien ami Lee « Scratch » Perry, installé en Angleterre depuis quelques années. Il partage avec Bob ses idées spirituelles et accepte de produire les Wailers. Plusieurs titres sortent mais là encore Marley doit faire face à quelques problèmes avec son producteur. Celui-ci vend en effet plusieurs chansons à l’insu de Bob à un autre label. Le succès se fait encore attendre et les difficultés s’amoncellent. Mais l’homme n’abandonne pas !

Bob Marley en plein concert, micro en main et dreadlocks dans les airs

Le manque de succès commence à peser sur le moral des Wailers. De très nombreux titres, qui plaisent mais ne connaissent pas le haut des podiums et arnaques à répétition minent les garçons. Mais ils s’obstinent et en 1971, le titre auto-produit Trench Town Rock connaît enfin le succès.

b) Bob Marley connaît le succès et est enfin reconnu !

Après encore quelques essais infructueux, le chanteur signe un contrat (« oral ») avec Christ Blackwell le fondateur de labels musicaux puissants. Les Wailers rentrent alors en Jamaïque et écrivent différents titres qui feront le futur album Catch a Fire. L’album sort en 1973 et est enfin un succès.

Les Wailers deviennent « Bob Marley and the Wailers ». Le chanteur prend une importance folle et devient à lui seul la figure emblématique du reggae à travers le monde. De très nombreux succès, des concerts époustouflants, un style unique marquent le talent de l’artiste.

Mais ce ne sont pas les seules raisons pour lesquelles Bob Marley est connu.

tableau noir et blanc de bob marley a afficher dans son salon

3- Une vie étonnante qui a créé une star

Naturellement, tous les fans de reggae apprécient Bob Marley pour ses compositions. Mais le chanteur a aussi été connu pour une vie bien remplie faite de courage, de spiritualité et de difficultés qui jamais ne l’ont arrêté

C’est avec No Woman, No Cry que Bob Marley devient une icône internationale en 1975. La même année, il fonde Island House à Kingston. La maison devient un lieu d’échanges tant musical que politique ou religieux. 

Le chanteur est simple et continue de jouer avec ses amis au foot dès qu’il le peut. Cette proximité et son engagement pour les plus défavorisés ont beaucoup jouer sur sa réputation. 

Bob Marley jouant au foot avec des amis

a) Un attentat qui met Marley au premier plan

Mais il ne plaît pas à tous. En 1976, Bob Marley est au sommet. Il vient de terminer une tournée phénoménale et son disque Rastaman Vibration est un véritable succès.

Mais l’homme n’en oublie pas pour autant d’où il vient. La Jamaïque connaît alors une période très difficile de récession. Le pays est au bord de la faillite. L’état d’urgence est décrété le 19 juin 1976. Même si Marley ne prend pas ouvertement partie pour un des deux principaux acteurs politiques, il dénonce les souffrances que le peuple subit. Il organise un concert gratuit pour tous ceux qui souffrent (les Sufferers) qui aura lieu le 3 décembre. Mais le même jour, il est victime d’un attentat à Island House. Il est blessé, tout comme sa femme, et son manager. Les commanditaires ne sont pas connus mais Bob Marley devient alors un personnage important, image même de celui qui lutte contre l’injustice. Et même ceux qui n’apprécient pas le reggae respectent la victime d’un attentat odieux.

D’autant qu’il assure deux jours plus tard, le concert prévu. Il montre ses bandages et va dire aux journalistes : 

« Les gens qui tentent de rendre ce monde mauvais ne prennent jamais de jours de congés.
Comment le pourrais-je ? »

tee shirt rastafari one love, celebre message de bob marley

b) Une fin de vie douloureuse mais courageuse

La vie de Bob Marley reste un modèle pour de nombreuses personnes.  Il a démarré de presque rien puis a connu la gloire avant de mourir très jeune d’une maladie redoutable : un cancer.

4- Bob Marley, un homme pas comme les autres 

Même si le personnage resta avant tout un chanteur d’exception qui a mis en avant le reggae et le rastafarisme, il n’en reste pas moins un homme courageux. Et ce courage a aussi fait sa renommée.

a) Un invité fatal

Bob Marley enregistre plusieurs titres l’année suivante puis sort un album où son militantisme et son ingéniosité musicale sont au premier rang. Il entame une tournée en Europe et aux États-Unis.

Mais cette tournée doit être arrêtée net, lorsqu’en juillet 1977, lors de son passage aux États-Unis, Bob Marley se plaint d’une forte douleur à l’orteil de son pied droit. Il avait été blessé lors d’un match de foot et la douleur ne s’était jamais vraiment estompée. Avant le concert, il découvre que son orteil saigne énormément. Il doit donc se rendre à l’hôpital où les médecins découvrent qu’il souffre d’un mélanome malin. On lui indique alors qu’il doit être amputé sur le champ pour éviter de graves complications.

Bob Marley fait face mais refuse. Sa religion l’interdit.

Bob Marley et ses potes fumant du canabis calmement

Il reprend sa tournée et sa vie, preuve encore de son courage. L’album Kaya sort un an plus tard et connaît un véritable succès international. Marley rentre alors en Jamaïque et va organiser un concert (One Love Peace Concert) afin de réconcilier les Jamaïcains en proie à la guerre civile.  Deux autres albums vont sortir en 1978 et 1979.

Puis le temps de la souffrance débute. En 1980, on lui annonce qu’il souffre d’un cancer généralisé avec 5 tumeurs malignes (une aux poumons, une autre à l’estomac et trois au cerveau). Il garde le silence et poursuit son travail et ses tournées. 

b) Marley se transforme en légende

En 1980, Bob entame une tournée mondiale dont le succès est exceptionnel.  Fin septembre, il fait un malaise lors de son jogging à Central Park à New York. Il est emmené d’urgence à l’hôpital. Les médecins s’étonnent de voir Marley encore debout et plus encore lorsqu’il leur dit qu’il va assurer son concert deux jours plus tard à Pittsburgh. Contre l’avis de ses médecins, le chanteur part et assure son dernier concert, très affaibli.

Il va ensuite subir un vrai parcours du combattant pour tenter de gagner la partie sur la maladie. Chimiothérapie, radiothérapie, transfusions sanguines… Il doit couper ses dreadlocks. Marley souffre terriblement mais tente de montrer un visage souriant. Il essaie un traitement holistique en Allemagne et réussit à vivre encore quelques mois. Il n’est plus que l’ombre de lui-même mais veut poursuivre. Il fête ses 36 ans en comité restreint puis décide de regagner la Jamaïque. C’est lors de l’escale à Miami que le chanteur va devoir changer ses plans. Il est hospitalisé en soin intensif. Le cancer ne lui laisse plus aucune chance et l’emporte le 11 mai 1981, laissant tous les amateurs de reggae et les rastas orphelins.

Visage de bob marley dans l'obscurité

5- Donne lui la vie éternelle

Bob Marley est connu pour ses chansons, mais aussi ses positions contre l’injustice, son fort engagement religieux, son courage face aux difficultés de la vie, sa persévérance. Il est aujourd’hui, plus de 40 ans après sa mort, toujours considéré comme une véritable icône. Il a su transformer et faire connaître le reggae au monde entier. Il a su dénoncer et lutter contre les inégalités sans violence. Il a aussi mis en pratique et dévoilé au monde entier ce qu’était le rastafarisme. Devenu source d’inspiration pour de nombreuses personnes en quête de quiétude et de justice, Bob Marley est devenu à lui seul un message fort.

Rappelle-toi de ce qu’à dit Manu Chao lors d’une interview :

« Un tee-shirt de Bob Marley, c’est mieux qu’un gilet pare-balles pour traverser les quartiers chauds de la planète ! »

Ses fervents admirateurs ont tous un objet à l’effigie du chanteur. Maintenant tu sais pourquoi Bob Marley est devenu une référence dans le domaine musical mais aussi humain. Toi aussi rends lui hommage en portant ce tee-shirt Bob Marley, lui offrant une vie éternelle.

Clique sur l’image ci-dessous pour le découvrir :
Tee shirt bob marley rastafari

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *