Qui Est La Mère De Bob Marley ?

Si tu aimes l’icône reggae, tu veux sans doute en savoir plus sur ses origines ? Qui sont les parents de Bob Marley ? C’est en effet une façon de mieux comprendre ce qui a été important pour lui et ce qui a forgé sa personnalité. Découvre qui est les maman de Bob Marley.

Tout comme toi, je me suis posé ces questions. Passionné depuis de nombreuses années par le rastafarisme et le reggae, j’ai donc voulu en apprendre plus sur ce qui a fait Bob Marley. J’ai donc mené mon enquête sur la mère du chanteur et voilà ce que j’ai pu trouver.

De sa jeunesse en Jamaïque, à sa mort en Floride, Cedella Marley a eu une vie riche et pas uniquement parce qu’elle est la mère d’un certain Bob Marley. Fille de cultivateurs, elle a su faire face aux aléas de la vie. Elle a progressé pour devenir elle-même une chanteuse et écrivaine connue et reconnue.

Dans notre article, tu vas pouvoir en savoir plus sur Mama B. Tu pourras ainsi en apprendre plus sur :

  • Sa jeunesse en Jamaïque ;
  • Sa vie aux États-Unis ;
  • Ses relations avec son fils et ses activités.

Prêt à rencontrer Cedella ? Découvre tout ce qu’il faut savoir sur la mère de l’icône reggae en lisant ce qui suit !

1- UNE JEUNESSE FRAGILE

Cedella Editha Malcolm voit le jour le 23 juillet 1926 à Rhoden Hall dans la paroisse de Saint Ann, un secteur au centre-nord de l’île. Ses parents (Omeriah Malcolm et Albertha Whilby) ont en charge une ferme où poussent des bananes, du café, ou encore des piments… La vie est difficile mais la famille a une place importante dans la paroisse. Cedella est la sixième fille du couple.

Elle fait ses premiers pas dans cette ambiance laborieuse et va rencontrer un homme important alors qu’elle n’a que 17 ans : Norval Sinclair Marley. Celui-ci travaille dans la ferme comme gérant des plantations de sa gracieuse majesté. Ce fils de colon a alors plus de 55 ans lorsqu’il fait succomber Cedella. C’est un « capitaine » anglais, blanc. Il est né en Jamaïque de colons britanniques. Cette relation est mal vue dans un contexte social encore très marqué par l’esclavage. Mais cela ne les empêche pas de se marier (en 1944) puis de donner naissance à un certain Robert Nesta Marley en 1945 (cela te dit quelque chose ?)

a) Une vie commune en solo !

La famille de Norval désapprouvait fortement cette union. Et Norval lui-même n’était guère passionné par ce mariage. Celui-ci était très souvent absent car parti en voyage. Il avait d’ailleurs affirmé à Cedella qu’il faisait partie des Royal Marines et trouvait en cela une excuse parfaite pour quitter le foyer.

Cedella reste avec ses parents et doit élever son fils seule. Naturellement, Norval lui fournit ponctuellement un soutien financier mais ce n’est pas la vie de couple dont Cedella rêvait.

La vie devient de plus en plus difficile. Déshérité et abandonné par sa famille, l’homme avait sombré dans l’alcoolisme. Norval avait séparé la mère de son fils et avait installé le petit avec lui à Kingston pour, selon ce qu’il avait dit à Cedella, permettre à Bob d’aller à l’école. Le petit Bob a alors 6 ans. Il restera avec son père deux ans. Alors qu’elle passe dans la capitale, la mère voit son jeune enfant trainer dans les rues. Elle apprend peu après que le père de Bob l’avait confié à une vieille dame pour qu’il fasse les travaux ménagers chez elle.

Cedella reprend immédiatement Bob pour le ramener à la ferme familiale. 

Le couple est définitivement séparé lorsque Norval Sinclair Marley meurt en 1955.

b) Les difficultés s’enchainent

Mais les travaux des champs rapportent de moins en moins. Et même si Cedella travaille durement pour aider ses parents, elle va bientôt devoir faire un choix. Ou rester à Saint Ann et entrainer son fils dans les travaux des champs de plus en plus difficiles et de moins en moins lucratifs ou partir.

Elle choisira la seconde solution. Comme de très nombreux paysans à cette époque – nous sommes au début des années 1950 -, la jeune femme part avec son fils dans la capitale, espérant trouver un emploi mieux payé.

Mais le rêve se transforme très vite en cauchemar. La mère et son fils s’installent dans un ghetto (Trenchtown) et vivotent. Elle vit de petits boulots tous plus difficiles les uns que les autres et ne gagne pas suffisamment d’argent pour réussir à avoir une vie correcte. 

Elle subit cette misère quotidienne quelques temps puis décide de changer et de prendre sa vie en main. Elle a un second enfant, Claudette, avec Taddeus Livingston, le père de Bunny Livingston, qui deviendra Bunny Wailer, un ami d’enfance de son fils.

2- DÉPART AUX ÉTATS-UNIS

C’est la mort de son mari d’une crise cardiaque qui va précipiter les choses. Même s’il ne lui versait pas régulièrement d’argent, les petites sommes que Norval versait mettaient quand même « du beurre dans les épinards ». À sa mort, la jeune veuve ne touche rien et doit faire face totalement seule au quotidien. Elle prend donc une décision importante : aller voir ailleurs si l’herbe n’est pas plus verte.

a) Le Delaware

Elle part aux États-Unis. Elle laisse son enfant à Trenchtown dans la famille de Livingston et va s’installer dans le Delaware

Elle est employée comme femme de ménage dans de nombreux hôtels. Puis elle rencontre un fonctionnaire américain, Edward Booker, qu’elle va épouser. Sa vie se stabilise et elle va pouvoir accueillir son fils qui la rejoint au début des années 1960. 

La femme poursuit sa vie américaine. Elle fait face à un second deuil avec la mort de son fils Anthony qu’elle a eu avec Edward puis quelques années plus tard, c’est son mari qui décède. Elle part alors démarrer une autre nouvelle vie à Miami en Floride. Son fils lui achètera une belle maison dans laquelle elle s’installe.

C’est à Miami qu’elle accompagnera son fils sur son lit de mort puis qu’elle décèdera elle-même en 2008, à l’âge de 81 ans.

3- UNE VIE RICHE

Tu as pu le deviner, la vie de Cedella n’a pas toujours été rose. Mais la jeune femme a toujours résisté.  Elle a connu une très grande notoriété grâce à son fils qui parlait souvent d’elle. Mais pas seulement.

a) Une femme combattante

De la très jeune mère délaissée à la femme de combat, Cedella a toujours avancé sans jamais abandonner. Elle a ainsi dû faire face à l’humiliation raciale, aux inégalités sociales, à la misère…

Mama B, le surnom qu’elle a reçu, n’a jamais voulu se laisser dominer par les événements. Très humaniste, elle a appris à son fils Bob à respecter les autres.  Elle est devenue au fil du temps une égérie pour toutes les femmes qui sont confrontées aux inégalités.

Même face à cela, elle a toujours gardé son respect des autres et a su utiliser ces embuches pour avancer. D’une vie difficile, elle a su en faire une vie pleine d’amour.

b) Une artiste

La dame s’est également essayée au domaine des arts. Elle a découvert la chanson avec son fils et a également enregistré des disques. Si tu cherches un peu, tu pourras dénicher deux albums de la miss. Le premier, Awake Zion, est sorti en 1991. Le second, Smilin’ Island of Song est sorti un an plus tard.

Mama B s’est aussi essayé à l’écriture. Elle a ainsi publié deux ouvrages ayant pour sujet son fils : Bob Marley, My Son et Bob Marley : An Intimate Portrait by His Mother.

Elle a aussi organisé le 9 Mile Music Festival. Tous les ans, à Miami, un festival musical a lieu pour mettre en avant le message de paix prôné par son fils. Les fonds récoltés permettent de donner l’argent aux associations caritatives locales. Des denrées alimentaires sont aussi récoltées. Elle a aussi participé en tant que chanteuse au festival commémorant les 60 ans de la naissance de son fils à Addis-Abeba, en Éthiopie.

Cedella était proche des préceptes rastas tant aimés de son fils. Elle a longtemps arboré des dreadlocks vertigineuses.

Avant de mourir de mort naturelle, la femme est devenue un flambeau du reggae et du rastafarisme. Elle a donné de nombreuses interviews (si tu lis l’anglais, tu peux consulter celui ci) et a réussi à faire de sa vie une aventure que l’on ne peut qu’admirer.

4- ENCORE UNE ICÔNE CHEZ LES MARLEY !

Chez les Marley il n’y a pas que Bob et ses fils musiciens. Il y a aussi Cedella, la mère du chanteur. Femme forte, sympathique et humble, elle a réussi à traverser les moments difficiles sans jamais sourciller. De la campagne jamaïcaine à Miami, elle a bâti une vie digne des héroïnes de cinéma. 

Tu sais à présent d’où Bob Marley a tenu sa force ! Et tu pourras répondre à tous ceux qui veulent en savoir plus sur les Marley mère et fils. Jeune paysanne, vite abandonnée par son mari, Cedella n’a jamais abandonné et a réussi à refaire sa vie aux États-Unis. Elle a vécu dans un ghetto, a dû travailler dur, a perdu ses maris et un fils mais a toujours gardé la force de continuer. Tu peux la citer comme exemple des femmes fortes qui ont compté !

Toute sa vie durant, elle a mis en avant sa famille et naturellement son premier fils. Elle était à ses côtés quand le chanteur a commencé à vaciller. Elle était avec lui lors de son traitement en Allemagne et est restée à son chevet quand il expira son dernier souffle. Si tu veux rendre hommage à cette grande dame, n’hésites pas à arborer un t-shirt à l’effigie de son fils chéri.

Tu peux aussi adopter l’un de ces sweats aux symboles rastas que tu découvriras ici👇🏽

1 réflexion sur “Qui Est La Mère De Bob Marley ?”

  1. Ping : Pourquoi Bob Marley Est Une Légende? | Rasta Colibri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *